Gabrielle Larocque

Courriel(s) : larocque.gabrielle@courrier.uqam.ca

Gabrielle Larocque

Candidate au doctorat en muséologie, médiation et patrimoine depuis 2018, sous la direction d’Anne Bénichou, Gabrielle a étudié l’anthropologie et les arts visuels au Québec, au Mexique et en Espagne, et détient une maitrise en muséologie. Du matériel à l’immatériel, ses recherches portent sur le patrimoine des arts vivants et sur le potentiel des communautés à participer à la production de sa mémoire. Récompensé par le prix Roland-Arpin 2015, son essai final de maîtrise permet de dégager une dizaine de modalités muséales propres à la danse, une proposition qu’elle publie dans le n°29 de la revue française Culture & Musées (Acte Sud). De 2013 à 2018, elle est chargée de projet –patrimoine au Regroupement québécois de la danse où elle coordonne d’abord les recherches historiques de La Toile-mémoire de la danse au Québec, puis met en place une Table de concertation en patrimoine de la danse qui conduit à la publication d’un guide sur le sujet : Du patrimoine de la danse au Québec : état des lieux, perspectives et conseils pratiques (2019). Elle communique les avancées de ces projets dans le cadre de différents colloques (SMQ, CRILCQ, GRIAV, AGeSCO, FJPP).

Parallèlement, elle s’intéresse aux méthodologies artistiques par le biais de sa propre pratique de sérigraphie, ainsi que de collaborations à différents projets de création. Avec le collectif Le Broke Lab, qui rassemble les interprètes Susan Paulson, Merryn Kritzinger et Roxane Duchesne-Roy, elle documente le processus de création à travers des œuvres imprimées. Dans le projet Les Anarchives de la chorégraphe Catherine Lavoie-Marcus présenté à la Fonderie Darling en juin 2016 et au Musée d’art contemporain de Montréal en 2018, elle contribue à la recherche et l’installation en galerie où elle performe les étapes de mise en archives et en espace. Elle est commissaire de l’exposition-performative Le Cœur-réflexe présentée à Espace projet en 2017 avec les interprètes et chorégraphes Ariane Dessaulles, Laurence Dufour, Frédérique Bergeron et Théo Kari, et l’artiste graphique Émilie Allard en collaboration avec Possibles éditions qui publie un recueil du même nom la même année. Depuis octobre 2017, elle est artiste-animatrice au Musée d’art contemporain des Laurentides pour l’organisme Les Impatients, où l’art contribue à l’équilibre de la santé mentale de ses participant.e.s.

 

Parcours et Intérêts de recherche

  • 2012 – 2015
    Maitrise en muséologie, Université du Québec à Montréal, Canada. « Musée et objet vivant : réflexion sur la conservation et la mise en valeur du patrimoine dansant » (essai primé), sous la direction de Marie Fraser.
  • 2010 – 2012
    Baccalauréat ès arts en anthropologie, mineure en histoire de l’art, Université de Montréal, Canada.
  • 2011
    Baccalauréat en histoire de l’art (une session), Université de Séville, Espagne.
  • 2007 – 2009
    Baccalauréat en anthropologie sociale (deux années), Université autonome du Chiapas, Mexique.
  • Patrimoine
  • Arts de la scène
  • Participation
  • Musée et spectacle
  • Post-Museum

Projet de thèse

+

Le projet de thèse vise à contribuer à la compréhension des collections liées aux arts de la scène, à l’identification des composantes intangibles de ce patrimoine, et au développement des modes de construction de la connaissance et de la fabrication de la mémoire, par le biais d’expositions participatives. Ces objectifs donnent lieu à l’examen des dispositifs de patrimonialisation, de médiation et de collaboration entre les secteurs culturels qu’engagent la rencontre entre les arts de la scène et les institutions culturelles, ainsi qu’à l’élaboration d’une méthodologie participante ciblant des projets d’expositions-laboratoires incontournables à la compréhension de ces dispositifs. Le projet de thèse est dirigé par la théoricienne et historienne de l’art Anne Bénichou.

Publications et communications

+

Publications

Regroupement québécois de la danse (RQD), (2019). « Du patrimoine de la danse au Québec : état des lieux, perspectives et conseils pratiques ». RQD, Canada.

Larocque, G. & Cabado, F. (2018). « Danse : l’intelligence collective au service du patrimoine », décembre 2018, n° 159, Magazine Continuité, Éditions Continuité, Canada.

Larocque, G. (2017). « Du matériel à l’immatériel. Réflexion sur une muséologie adaptée à la danse », dans le n°29, juin (dir. Jean-Marc Leveratto). Culture et Musées, Actes Sud, France.

Larocque, G. (2015). « Corps Rebelles », compte-rendu de l’exposition du même titre présentée au Musée de la Civilisation de Québec, dans le n°780, octobre. Revue Relations, Canada.

Larocque. G. (2013). « 3000 ans d’histoire, le temps d’une esthétique » compte-rendu de l’exposition « Pérou : royaumes du Soleil et de la Lune » présentée au Musée des beaux-arts de Montréal, mai. Revue ex_situ, Canada.

 

Communications

2018. « Des outils pour documenter les corps en processus de création : expérimentations dans les projets du Broke Lab et de Possibles Éditions ». Journées de réflexions, Fondation Jean-Pierre Perreault (FJPP), Canada, session « Processus de documentation et archives créatives ».

2017.« Le patrimoine dans le milieu de la danse comme un enjeu de connaissance à s’approprier ». Xe Colloque International de l’Association des Connaissances dans la Société et les Organisation (AGesCO), Canada, session thématique « Art et Connaissances » (Charlotte Blanche et Wendellyn Reid).

2017. « La Toile-mémoire de la danse au Québec : présentation, constat et chronologies ». Journée d’étude du Groupe de recherche interdisciplinaire en arts vivants (GRIAV), Canada, colloque « Temporalité en arts vivants » (Johanna Bienaise).

2016. « La Toile-mémoire de la danse au Québec : montrer des liens entre formation, pratique et contexte socioéconomique ». Colloque interdisciplinaire, Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoise (CRILQC), Canada, colloque « L’art du divertissement au Canada du 18e siècle à nos jours » (Peggy Roquigny).

2016. « La Toile-mémoire de la danse au Québec : de la co-construction de la connaissance à la navigation personnalisée ». Congrès annuel, Société des Musées du Québec (SMQ), Canada, congrès « Récits et dialogues au musée » (comité SMQ).

2016. « Traces satellites où comment assembler les restes de la danse ». Fonderie Darling, Canada, table-ronde « Accommoder les restes » (Catherine Lavoie-Marcus).

2016. « Mise en mémoire du vivant : vers un patrimoine dansant ». 84e Congrès de l’ACFAS, Université du Québec à Montréal, Canada, colloque « Les patrimoines : fragmentation et convergences » (Joanne Burgess).

2013. « Praxis de l’exposition » en collaboration avec Jennifer Carter, Maude Payette et Sophie Malouin. 81e Congrès de l’ACFAS, Université Concordia, Canada, colloque « Patrimoines et pédagogies : approches innovantes dans la mise en valeur de l’exploitation pédagogique des ressources patrimoniales » (Marie-Claude Larouche).

 

Entrevues

2018. « Les enjeux de l’archivage chorégraphique » animée par Morena Prats autour du projet Danse Mutante en compagnie de sa créatrice Mélanie Demers, de Marc Boivin et de Lise Gagnon. Off.Radio, OFFTA -festival d’art vivant, Canada.

2015. « La mémoire de la danse : La conservation et la transmission du patrimoine sont devenues un enjeu d’actualité », article de Frédérique Doyon, 21-22 février (édition du week-end), Le Devoir, Canada.

 

Commissariat

2017. Le Cœur-Réflexe, à Espace projet, en collaboration avec Possibles Éditions, Canada.